DIETRICH (Luc).

Thèmes végétaux. Manuscrit autographe, vers 1943 (56 pages en 49 feuillets de différents formats).

Impressionnant manuscrit autographe du cycle des "Emblèmes végétaux", rédigé à l'encre et au crayon avec de très nombreuses variantes, ratures et corrections sur différents supports, voire au verso de tirages photographiques découpés de l'auteur, certaines pages étant enluminés de dessins. Annoncé dans l'édition de 1941 du "Bonheur des tristes", les "Emblèmes végétaux" est le dernier livre de Luc Dietrich. Le manuscrit définitif fut déposé aux Editions Denoël fin octobre 1943, puis égaré. Il a été reconstitué par Jean-Daniel Jolly-Monge à partir de ces brouillons, pour paraître cinquante ans plus tard aux éditions du Temps qu'il fait en 1993, accompagnés de photographies de Luc Dietrich.Les 16 premiers feuillets sont contenus dans une enveloppe portant cette note autographe de Luc Dietrich : "Manuscrits Thèmes végétaux recopiés au propre". L'ensemble dans une chemise de papier cartonné datée et titrée à l'encre noire par Dietrich : "Thèmes végétaux (copie manuscrite au net) 1943" et annotée d'un sommaire autographe par l'auteur. Certains des poèmes ont été publiés dans "L'Injuste Grandeur" ou "Le Livre des rêves" aux Editions Denoël en 1951 (Les derniers jours de l'automne ; L'ombre tourne toujours...) ou encore dans la revue L'Esprit des lettres n°6 de 1955 (Les deux arbres morts, L'eau vivante...). Les 34 feuillets suivants sont constitués des pièces marginales aux "Emblème végétaux", considérés comme les derniers poèmes de l'auteur (L'abîme, Intimité végétale, La construction d'une force...). Ils sont publiés dans le volume "Poésies de Luc Dietrich" paru aux Editions du Rocher en 1996. De nombreux passages sont inédits. « Et l'arbre aussi est venu : pont vivant entre l'au sans mémoire et l'air sans consistance. Et voilà que pour un instant tout demeure centré sur la fragilité d'une boule de feuillage. Ils sont venus serrés comme des dards de l'herbe, comme les mille vies de ce pré toujours vert, ils sont venus pressés comme graîne nouvelle, ils sont venus collés comme laitance fraîche, ils sont venus mourir comme bulle en surface : les hommes. » On joint 12 photographies de Luc Dietrich du cycle des "Emblèmes végétaux" de différents formats ( 16,5 x 16,5 cm à 24 x 16,5 cm), tirages argentiques postérieurs, reproduits dans l'édition des "Emblèmes végétaux".On joint également une lettre autographe signée de Dietrich à Lanza Del Vasto (une page in-8), relative aux "Thèmes végétaux" : … « Je te parlerai des « Thèmes » au retour. J'ai ajouté de bons éléments, je crois. Il me faudra ta pression pour rejaillir encore tant je manque d'entrain pour le geste gratuit d'écrire. En ce moment, j'écris des notes, des lettres de « travail », des constatations, etc. Pourtant je les aime ces « Thèmes », j'aime surtout ceux où se nichent une grande et terrible pensée (qui n'est pas la mienne) dans une forme qui « va de soi », comme tu dis. »Eclairant et magnifique ensemble.
  • 7 500 €
Taxes incluses. Frais de port calculés à l'étape de paiement.