DU CAMP (Maxime).

Les Chants modernes.

Paris Michel Lévy 1855

gr. in-8, demi-chagrin noir à coins bordés de filets à froid, dos nerfs, encadrements à froid sur les caissons, tête dorée, non rogné (Senez), 437 pp. Edition originale de ces poèmes célébrant les innovations techniques de la révolution industrielle, la locomotive, l'électricité, la photographie, etc. Publié à l'occasion de l'Exposition universelle de 1855, le recueil est connu pour sa longue préface qui est un manifeste de l'art didactique inspiré par le saint simonisme, contre la "gérontocratie" académique, contre les tenants de "l'art pour l'art" et contre ceux qui prônent un retour aux modèles antiques. Entre romantisme et naturalisme, à la veille de l’entrée en littérature d’un Zola ou d’un Jules Verne, ces Chants modernes déclenchèrent une belle polémique dont on trouvera tous les détails dans l'étude de Marta Caraion, « Les Philosophes de la vapeur et des allumettes chimiques » : littérature, sciences et industrie en 1855 (Genève, Droz, 2008, 375 pp.). Un des 20 exemplaires sur papier grand-jésus de Hollande, seul tirage de luxe, celui-ci enrichi d'un envoi autographe signé de Maxime Du Camp à Edmond Texier, l'auteur du Tableau de Paris en 1852-1853, qui consacra une chronique au présent recueil le 18 mai 1855 dans Le Siècle. Bel exemplaire en reliure strictement d'époque.
  • 2 500 €
Taxes incluses. Frais de port calculés à l'étape de paiement.

Livre disponible à Paris