COLETTE. | Chambre d'hôtel.

COLETTE.

Chambre d'hôtel.

Paris Arthème Fayard 1940

in-12, demi-maroquin à gros grain bleu de Prusse à coins, dos à fins nerfs, plats de papier caillouté, doublures et gardes de même papier, tête dorée, non rogné, couvertures et dos conservés (Alix), 217 pp. Édition originale. Un des 60 exemplaires hors commerce numérotés sur papier vélin azuré de Voiron, celui-ci enrichi d'un envoi autographe signé de l'auteur à Germaine [Patat] : "c'est notre deuxième guerre, mon enfant Germaine. Au moins laissez-moi me réjouir que nous ayons passé la seconde comme la première : coeur à coeur". Exemplaire également truffé d'une belle lettre autographe signée à la même (2 p. in-4 sur papier bleu, s.l.n.d. [vers 1940]). Composé à la façon de Bella-Vista, Chambre d’hôtel réunit deux nouvelles parues précédemment dans la presse : « La Lune de pluie » publiée en 6 livraisons dans Match du 25 août au 28 septembre 1939 et, pour la 1ère partie du texte, une nouvelle parue sous le titre « Gîte de hasard » dans Paris-Soir en 14 livraisons du 16 au 29 avril 1940. Leur rédaction eut lieu dans les premiers mois de la guerre et lors de l'exode. « Gîte de hasard » aurait été en partie écrit à Lyon où Maurice Goudeket et Colette séjournèrent, un peu contraints, sur le chemin qui de Curemonte devait les ramener à Paris. C’est le premier texte que Colette publie aux éditions Fayard après le départ en zone libre des frères Ferenczi. Comme beaucoup de textes publiés pendant la Seconde Guerre mondiale, les deux nouvelles s’inspirent de souvenirs personnels liés à la Belle Époque. Colette poursuit ici un procédé littéraire initié avec La Naissance du jour qui consiste à mettre en scène une narratrice nommée Colette et à mêler à la fiction des personnages réels, ce que la critique contemporaine nomme autofiction et que Colette pratiquait à la manière de Monsieur Jourdain pour la prose.Si « Chambre d’hôtel » permet à Colette de retrouver l’univers du théâtre et des comédiens, qu’elle connaît bien, « La Lune de pluie » est un texte plus étonnant dans la production de l’écrivaine puisqu’il témoigne de son goût pour la voyance : « Je la tiens pour simple, réservée aux simples, inexpliquée, inexplicable autant que certains resplendissants coloris, certains dessins mystérieusement figurés sur le papillon, l’oiseau, le fauve, le poisson. » Colette eut souvent recours à des voyantes – quatre ou cinq confie-t-elle dans L’Étoile Vesper - moins, d’ailleurs, pour connaître l’avenir que pour attester de la présence des morts dans nos vies. Dans « La Lune de pluie », le don de Mme Elise prend un tour inquiétant puisqu’à l’art de la divination elle mêle sorcellerie et magie noire au service d’un sentiment souvent éprouvé par les héros de Colette : la jalousie et le dépit amoureux.De jalousie il fut d’abord question entre la couturière Germaine Patat et Colette, la première entretenant une liaison avec l’époux de la seconde, Henry de Jouvenel. Mais nul besoin de sortilège pour l’écrivaine qui avait très tôt éprouvé le pouvoir de la solidarité féminine contre l’infidélité des hommes et sut faire de sa rivale une de ses meilleures amies.Témoins de cette amitié la longue et abondante correspondance que les deux femmes échangèrent - aujourd’hui conservée à la Bibliothèque nationale de France - et les ouvrages de Colette dédicacés à Germaine Patat souvent enrichis de fragments de manuscrits ou de lettres autographes inédites.La lettre reliée dans l’exemplaire peut être datée du début du mois de novembre 1940 alors que Colette corrige les épreuves de Chambre d’hôtel : « Je finis à peine ce travail minutieux et em…nnuyeux de la correction d’épreuves sur deux volumes, l’un pour tout de suite (Chambre d’hôtel) l’autre dans deux ou trois mois (Journal à rebours). Vous voyez que je tâche de me défendre du chômage. » Une urgence à gagner sa vie qui s’exprimera tout au long de cette période alors que se font ressentir de plus en plus durement le froid et les privations de nourriture.Les exemplaires de Germaine Patat sont très recherchés. (Notice de Frédéric Maget pour le catalogue de la collection Colette des Clarac)
  • 1 500 €
Taxes incluses. Frais de port calculés à l'étape de paiement.

Livre disponible à Paris