GIDE (André). | Dostoievsky d'après sa correspondance. Extrait de La Grande Revue (numéro du 25 mai 1908).

GIDE (André).

Dostoievsky d'après sa correspondance. Extrait de La Grande Revue (numéro du 25 mai 1908).

Paris Jean et Berger 1908

plaquette in-8, bradel de papier marbré marron, dos lisse avec pièce de titre en long de maroquin havane, non rogné, couvertures orange conservées (Honnelaître), 27 pp. Édition originale constituée par le tirage à part de cet article à quelques exemplaires sur papier ordinaire [Naville 56], bien complet du double feuillet de La Grande Revue présentant les sommaires pour 1907 et 1908. Gide n’a que vingt ans en 1890 lorsqu’il « tombe » dans Dostoïevski, auquel il restera toujours fidèle. En janvier 1908 la publication en français de sa correspondance révèle le labeur obstiné du romancier russe et ses perpétuels ennuis financiers. Pour Gide c’est l’occasion de payer sa dette envers cette figure tutélaire et de se poser en fin connaisseur de son œuvre à travers cette brève analyse toute en nuance, qu’il approfondira en 1921 lors d’une conférence prononcée au Vieux-Colombier pour le centenaire de sa naissance.Ajoutons qu’il n’y a rien d’innocent chez Gide. Dans la huitième lettre à Angèle, il dénonçait le nationalisme littéraire qui proscrit la lecture ou traduction d’œuvres étrangères « sous prétexte que ce qui s’y trouvait de non-français, de toxique, était fait pour intoxiquer la France ». Tout au contraire, sa vie durant, Gide n’a eu de cesse de découvrir et soutenir des talents étrangers, travaillant en particulier à l’essor d’une communauté intellectuelle européenne.
  • 250 €
Taxes incluses. Frais de port calculés à l'étape de paiement.

Livre disponible à Paris